• Résolu Ailes à tronçon central - Pitchounelle - Megafun -


    Vendredi 6 Décembre 2019 à 22:34
    tec.730

    Bonjour Franck,

    Je souhaite simuler la performance de ce type d’aile volante avec Prédimrc. J’ai fais une 1er approche mais est elle appropriée ?

    Sur modelime.com concernant la pitchounelle, tu précises que si le tronçon central est cloisonné aérodynamiquement, il se comporte comme une aile à l’allongement quasi infinie (pas ou très peu de trainée induite).

    La saisie d’une aile de ce type sous Predimrc entraîne un coefficient d’Oswald peu favorable. Le graphique de la portance selon l’envergure n’est pas très beau à voir…

    J’hésite entre 2 approches consistant à créer un modèle équivalent.

    Approche 1:

    Le coefficient d’Oswald est proche de celui des ailes seules (sans le tronçon central).

    Il est intimement lié à l’allongement et à l’effilement des ailes, mais aussi à la flèche.

    Je saisie les coordonnée d’ailes CE=170mm ; CS=100mm ; L=350mm ; Flèche=150mm, j’obtiens un allongement de 5.18, un coefficient d’Oswald de 0.92 et une surface de 9.45 dm².

    Reste à avoir une surface équivalente au modèle à simuler.

    En supposant que le tronçon central soit de la même surface que les ailes (par esprit de simplification pour l’exemple), j’augmente alors les dimensions ci-dessus du coefficient adéquat (racine de 2 dans le cas présent) pour avoir un modèle identique en allongement, effilement et flèche, donc de même coefficient d’Oswald.

    Le nombre de reynolds est augmenté (racine de 2)…

    J’ajuste la charge alaire pour obtenir la même vitesse de vol pour un Cz donné. Le coefficient d’Oswald et nombre de reynolds en cohérence, performance du modèle équivalent supposée proche du modèle réel.

     

    Approche 2 :

    Je saisie le tronçon central du modèle à simuler en ramenant sa corde à celle de l’emplanture des ailes. Le postulat de cette approche est que la répartition de Cz du tronçon central cloisonné est identique sur toute l’envergure. Le coefficient d’Oswald est donc meilleur que les ailes seules (allongement virtuellement augmenté par le cloisonnement).

    J’ajuste ensuite les cordes pour obtenir la surface alaire égale au modèle à simuler.

    J’ajuste enfin la masse du modèle pour ajuster le nombre de reynolds (comme das la 1ère approche.

     

    Peut-on espérer un résultat cohérent avec l’une de ces 2 méthodes, et laquelle semble la plus appropriée ?

    Merci par avance pour ton point de vue sur le sujet.

    Thierry

    Lundi 9 Décembre 2019 à 11:56
    Franck.A

    Bonjour Thierry,

    La première méthode est correcte pour avoir un coefficient d'Oswald représentatif de l'aile cloisonnée.

    Ensuite, pour exploiter ce résultat, je te propose d'utiliser la possibilité de modifier l'application. Pour cela :
    - dans la page "0-Menu", zone "Admin", clic sur "Déverrouiller".
    - dans la page "3-Géométrie", on choisit dans la zone "Annotation" une cellule libre pour saisir le coefficient déterminé par ta méthode, mettons la cellule "AC10".
    - direction la page "Calculs3", cellule "H31, on remplace l'équation existante par :
      =SI('3-Geometrie'!AC10<>0;'3-Geometrie'!AC10;SI(NB(M34);M34;#N/A))

    De cette manière :
    - soit on saisit 0 dans la cellule "AC10" et PredimRC utilise le coefficient d'Oswald calculé automatiquement, comme habituellement.
    - soit on saisit une valeur non nulle, qui est alors utilisée à la place du coefficient calculé.

    Franck

    Mardi 10 Décembre 2019 à 13:01
    tec.730

    Bonjour Franck,

    Merci pour l'éclairage avisé sur la façon d’aborder le sujet.

    La modification le la cellule fonctionne à merveille et permet bien de mettre en évidence l'amélioration de la polaire, probablement pas trop éloignée de la réalité.

    PredimRC est bien, le couteau suisse de l'aéromodélisme.

    Il ne reste plus qu'à cogiter sur les mensurations de la bête. Mon but est de tester une aile maison de loisir, environ 2m d'envergure, pour traquer la bulle en plaine (motorisée et charge alaire cubique d'environ 2.5), et s'amuser à la pente (ballast => charge alaire cubique de 3.5 ou plus).

    Les ailes avec caisson semblent avoir un vol et des perfos se rapprochant plus du planeur.

    L'allongement modéré de ce type de modèle permet de voler loin malgré une envergure modeste...

    Y a plus qu'à... passer de courtes nuits...

    Bien à toi

    Thierry




    Vous devez être membre pour poster un message.